Skip to content

Un ancrage | An Anchor

C’est une amie du travail qui m’a amenée à la pratique Tai Chi Taoïste. Elle en faisait lorsque nous allions prendre nos pauses à l’extérieur. Elle me parlait des bienfaits qu’elle ressentait et du plaisir qu’elle avait d’aller faire des retraites taoïstes à Orangeville. À l’automne 2015 j’ai donc décidé de m’inscrire.

J’étais dans un état lamentable lorsque j’ai débuté. Depuis plus de 6 ans, mon fils avait de sérieux problèmes de consommation. À ce jour, je considère que ç'a été la plus grande épreuve de ma vie. J’étais dans une inquiétude permanente. Je réagissais à ce qui arrivait ou j’anticipais ce qui pourrait arriver. J’avais des violentes céphalées de tension plusieurs jours par semaine, des problèmes de sommeil et une irritabilité continuelle. J’étais épuisée mentalement par tous ces tourments. Je fonctionnais sur le pilote automatique, seule ma volonté d’avancer me tenait debout.

Nous étions deux nouveaux participants à tenter d’apprendre cette chorégraphie incompréhensible. Semaine après semaine, je revenais à la maison et je disais à mon conjoint comment je trouvais ça difficile et que j’avais l’impression d’apprendre le chinois avec mon corps.

Je me suis mise à regarder Maître Moy sur le site internet dans l’espoir de mémoriser l’enchaînement. Juste le regarder me faisait du bien.

Avec ma grande volonté et ma discipline personnelle, je me suis dit que je pouvais y arriver. Je me suis mise à pratiquer des petites séquences que nous avions vues pendant les séances et quelques mouvements de fondation.

Je me souviens d’un matin où je pratiquais, j’ai senti mes mains qui se parlaient. L’une savait où était l’autre.

Je recommençais à ressentir mon corps, je reprenais contact avec lui par la douceur plutôt que la douleur. Ça m’a beaucoup touchée et j’en ai parlé à mon Leader qui m’a encouragée à continuer.

Ces pratiques me demandaient beaucoup de concentration et d’attention.

Je me sentais beaucoup plus calme après.

Ces moments sont devenus un rendez-vous intime où il n’y avait que moi et la pratique Tai Chi Taoïste, un espace sacré commençait à se construire.

Petit à petit mon corps allait mieux. La fréquence et l’intensité de mes maux de tête diminuaient. Je remarquais aussi que la qualité de mon sommeil s’améliorait. J’étais maintenant capable de me reposer, de me déposer et de m’apaiser.

Ma pratique est devenue un ancrage et une source d’équilibre et d’apaisement dans le tourbillon de ma vie. Ça m’a vraiment aidé à reconstruire ma santé physique et mentale.

Mon fils, même s’il ne vivait plus à la maison, m’appelait souvent pour que je puisse le dépanner. Je l’ai aidé à de nombreuses reprises à se sortir de ses problèmes financiers. Même si je savais que ses difficultés étaient dues à sa consommation, je l’aidais quand même. J’étais incapable de lui dire non.

Après quelques années d’entraînement, j’arrivais à prendre un peu de recul et à être plus solide. Je sortais enfin de la tempête émotive que tout ça m’occasionnait. Je voyais plus clair et j’arrivais à avoir du détachement.

Cette solidité qui se construisait me permettait d’être capable de mettre mes limites et de lui dire non quand il m’appelait pour l’aider.

Petit à petit, tout ça a permis de lui faire vivre les désagréments de sa consommation. L’année dernière, il s’est décidé à faire une cure fermée et il a enfin reconnu son problème de consommation.

Il est maintenant dans un processus, il est mieux outillé pour faire face à sa dépendance.

Avec le recul, je constate que j’ai vécu un véritable processus de transformation. Je suis de plus en plus capable de dire non aux autres sans avoir à mentir ou à me justifier par peur de décevoir ; je suis capable de me choisir ; je suis capable de ne pas toujours être la gentille ; je suis capable d’être de plus en plus authentique et fidèle à moi-même ; je prends du temps pour m’entraîner sans culpabilité ; je m’absente pour aller faire des retraites taoïstes et améliorer ma compréhension des enseignements de Maître Moy ; je suis plus patiente et plus calme ; je suis capable de me désamorcer quand je perds le contrôle.

J’étais en train de m’effondrer, je me construis maintenant un temple où il fait bon vivre, où je vais à la rencontre de mes ancêtres et des déités qui m’accompagnent sur ma route.

En conclusion, je dirais que je suis venue à l’Institut de taoïsme Fung Loy Kok pour soigner mon corps et à ma grande surprise c’est mon esprit qui s’est apaisé puis mon corps s’est enfin soulagé et maintenant c’est mon cœur qui s’ouvre.


It was a friend from work who introduced me to Taoist Tai Chi® practice. She used to do it when we went outside for our breaks. She would tell me about the benefits she felt and how much she enjoyed going on Taoist retreats in Orangeville. So in the fall of 2015 I decided to sign up.

I was in terrible shape when I started. For over 6 years my son had been having serious substance abuse problems. To this day, I consider it the biggest ordeal of my life. I was in constant anxiety. I was reacting to what was happening or anticipating what might happen. I had severe tension headaches several days a week, sleeping problems and constant irritability. I was mentally exhausted by all this turmoil. I was running on automatic pilot, only my will to move forward was keeping me upright.

We were two new participants trying to learn this incomprehensible choreography. Week after week, I would come home and tell my partner how difficult I found it and how I felt like I was learning Chinese with my body.

I started watching Master Moy on the website in hopes of memorizing the sequence. Just watching him made me feel good. With my strong will and self-discipline, I thought I could do it. I started practicing little sequences that we had seen during the sessions and some foundation moves.

I remember one morning when I was practicing, I felt my hands talking to each other. One knew where the other was. I started to feel my body again, I got in touch with it through gentleness instead of pain. It touched me a lot and I talked about it to my leader in training who encouraged me to continue.

These practices required a lot of concentration and attention. I felt much calmer afterwards. These moments became an intimate rendez-vous where there was only me and the practice, a sacred space began to be built.

Little by little my body was getting better. The frequency and intensity of my headaches were decreasing. I also noticed that the quality of my sleep was improving. I was now able to rest, settle down and soothe myself.

My practice became an anchor and a source of balance and calm in the whirlwind of my life. It has really helped me rebuild my physical and mental health.

My son, even though he was no longer living at home, would often call me to help him out. I helped him out of his financial problems on many occasions. Even though I knew his difficulties were due to his consumption, I still helped him. I was unable to say no to him.

After a few years of training, I was able to take a step back and be more solid. I was finally getting out of the emotional storm that this was causing me. I was able to see more clearly and I was able to have some detachment.

This solidity that was being built allowed me to be able to set my limits and to say no when my son called me to help him.

Little by little, all of this allowed him to experience the inconveniences of his consumption. Last year, he decided to go to a closed rehab and he finally acknowledged his substance abuse problem.

He is now in a process, he is better equipped to deal with his addiction.

Looking back, I can see that I have gone through a real transformation process. I am more and more able to say no to others without having to lie or justify myself for fear of disappointing them; I am able to choose myself; I am able to not always be the nice one; I am able to be more and more authentic and true to myself; I take time to train without guilt; I take time off to go to Taoist retreats and improve my understanding of Master Moy's teachings; I am more patient and calm; I am able to defuse myself when I lose control.

I was falling apart, I am now building a temple where it is good to live, where I go to meet my ancestors and the deities who accompany me on my way.

In conclusion, I would say that I came to the Fung Loy Kok Institute of Taoism to heal my body, and to my great surprise it was my mind that calmed down. Then my body finally got some relief, and now it is my heart that opens up._

_

Cookie Control Icon